Suggéré par Mahée PEYRUSSE
Temps de lecture : 7 min

Le Haras national d’Uzès est un lieu emblématique de la destination. C’est également l’un des quatre sites nationaux de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), l’établissement public de la filière du cheval. Depuis toujours un lieu où les missions sont plurielles, il est notamment un établissement recevant des événements. Pour ma part, j’ai eu l’opportunité de visiter le Haras national d’Uzès à l’occasion de l’inauguration des nouvelles bornes signalétiques.

Nouveauté au Haras National d’Uzès, la mise en place de bornes signalétiques artistiques

Le Haras national d’Uzès est ouvert au public librement et gratuitement toute l’année. L’accès est restreint durant juillet et août, car des visites guidées ont lieu à cette période.

Afin d’accueillir les visiteurs tout au long de l’année, dans les meilleures conditions possibles, les agents de l’IFCE basés au Haras d’Uzès ont travaillé sur un projet de bornes signalétiques. Ce projet a émergé en mai 2021. Il a été réalisé en collaboration avec le Lycée des métiers d’Art, Charles Gide d’Uzès.

La conception de ces bornes signalétiques a duré pendant toute l’année scolaire 2021-2022. Elles ont été réalisées par les 14 élèves de la section ferronnerie du lycée. Chaque élève a pu choisir l’espace où exposer son œuvre au sein du Haras. L’objectif étant que celle-ci puisse correspondre au mieux au lieu choisi.

Ces bornes signalétiques sont composées de socles en pierre. Ces derniers, ont été créés par les élèves de la section métiers de la pierre. Elles possèdent également des ossatures métalliques sur lesquelles reposent les chefs d’œuvre.

Les réalisations de ces 14 élèves sont désormais pérennes au sein du Haras et viennent guider les visiteurs. En effet, en-dessous de leurs œuvres, se trouvent de petits descriptifs ainsi que le nom des élèves artistes. Ces descriptifs s’accompagnent d’un QR Code permettant l’accès à un complément d’informations sur l’histoire du Haras, l’emplacement de l’œuvre et le lieu associé.

Vous retrouverez donc désormais, au sein du Haras national d’Uzès, 14 bornes signalétiques positionnées à travers le site : au paillé, aux écuries, à la sellerie, à la forge, au manège…

N’hésitez plus, partez à la découverte de ce lieu chargé d’histoire.

Petite astuce : pour voir le Haras en fonctionnement, il est plus propice de s’y rendre en semaine. Vous pourrez alors voir les agents de l’IFCE travailler les chevaux dédiés à la formation des professionnels ou encore perpétrer le techniques de menage d’attelage de tradition héritées des haras nationaux.

LE Haras National d’Uzès, entre tradition et modernité

La Destination Pays d’Uzès Pont du Gard, est un territoire de tradition, de patrimoine, d’expertise et de transmission. Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte du Haras, la ville d’Uzès, au travers de sa programmation « Ville d’art et d’histoire », propose une visite guidée des lieux en saison estivale. Cette visite, conduite par un guide professionnel, permet de comprendre l’activité du Haras, ses métiers d’autrefois et ceux d’aujourd’hui.

Partez à la découverte d’un univers unique et de ses acteurs passionnés pour tout apprendre de son histoire, ses métiers, son patrimoine hippomobile, sa sellerie d’honneur, ses formation en attelage, ses installations, ses écuries… Et bien sûr, sur les chevaux.

Afin d’avoir toutes les clés en main pour préparer votre visite, nous vous proposons de vous emmener à travers l’histoire des Haras nationaux et plus particulièrement celui d’Uzès.

Les Haras Nationaux, des institutions historiques à missions publiques

Les Haras nationaux ont été créés en 1665 sous Colbert. Le but de ces institutions était de fournir suffisamment de chevaux de guerre. Le premier Haras français, le Haras national du Pin situé au cœur de la Normandie a vu le jour en 1715.

A l’issue de la Révolution française, sous les ordres de Napoléon Bonaparte, ces établissements furent renommés les ‘’Haras Impériaux’’. L’objectif étant toujours de répondre aux différents besoins d’équipements dans l’armée, mais également concernant le transport et l’agriculture.

Sous Napoléon III, se développent également les courses permettant au monde hippique de jouir d’un grand prestige. Ce n’est qu’à la fin du Second Empire, que les Haras ont été à nouveau, appelés Haras nationaux.

Les missions évoluent un petit peu, dans le but de sélectionner les meilleurs étalons en vue de leur reproduction. Cela a permis, sur l’ensemble du territoire français, d’améliorer les techniques d’élevage de la filière équine, mais également la génétique.

C’est en ce sens, que pendant plus de 300 ans, les Haras nationaux n’ont cessé de voir leurs missions évoluer. Cela dans le but de répondre à une multitude de besoins. Ceux-ci venant de l’armée française, des éleveurs, des agriculteurs, des cavaliers, des associations de race, des passionnés ou encore des entreprises et collectivités territoriales.

Dans le cadre de la modernisation de l’Etat, les Haras Nationaux et l’Ecole nationale d’équitation fusionnent le 1er février 2010 et donnent alors naissance à l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE).

Cet institut est placé sous la direction des Ministères en charge des sports et de l’agriculture. C’est également l’institution unique ayant pour mission d’accompagner la professionnalisation de la filière équine.

Les actions menées par celui-ci ont donc pour finalité de s’exercer au profit d’un large panel d’acteurs allant de la profession, des territoires, des collectivités et de l’Etat, et avec pour objectif majeur l’engouement du public pour le cheval.

Le Haras National d’Uzès, une délégation sur tout l’Arc méditerranéen

Le Haras national d’Uzès, est un haras assez récent dans l’histoire de ces institutions. Il fut construit en 1972 seulement.

Il a vu le jour suite à la suppression de deux dépôts d’étalons. Tout d’abord celui d’Arles en 1859 ainsi que celui de Perpignan en 1927. La raison première de sa naissance étant donc justifiée par la mise en place de la régionalisation. Cela permettant de faciliter la gestion de l’élevage du Midi-méditerranéen.

Le Haras national d’Uzès abrite aujourd’hui le siège de la Délégation territoriale Arc méditerranéen de l’IFCE, offrant alors aux régions Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur, les moyens de rayonner.

Les agents de l’IFCE y exercent des missions d’accompagnement de la filière équine territoriale et assistent les collectivités dans leurs projets en lien avec le cheval.

Le site dispose d’un centre de ressources sur la discipline de l’attelage avec notamment un centre de formation professionnelle. Des colloques scientifiques et techniques y sont organisés ou retransmis en direct.

D’une superficie de 16 hectares, le Haras national d’Uzès possède de forts atouts structurels : un plateau technique de qualité permettant de mettre en oeuvre des protocoles de recherche et de développement. Ses infrastructures sportives lui permettent de recevoir des compétitions de haut niveau tout au long de l’année, une forge, deux écuries comptant plus de 70 boxes, des carrières et un manège couverts. Sur le site également, une demeure du 19ème siècle, le Mas des tailles, est désormais dédiée à l’accueil d’événements festifs par son gérant privé.

Il est ainsi un lieu propice à l’organisation de nombreuses manifestations, cela permettant la mise en valeur de toutes les facettes de la filière équine. Ces événements représentent environ 60 journées par an. Elles mettent à l’honneur l’élevage, le saut d’obstacles, le complet, l’attelage, le horse-ball, l’endurance ou encore des prestations de spectacle.

Retrouvez toutes les visites guidées et les événements du Haras National d’Uzès, dans notre rubrique agenda .

Auteur

Mahée PEYRUSSE

Mahée sillonne la Destination Pays d' Uzès Pont du Gard avec beaucoup de naturel, pour le plus grand bonheur de nous tous !